Marianne ANSSI

CERT-FR

Centre gouvernemental de veille, d'alerte et de réponse aux attaques informatiques

logo ANSSI
Informations utiles

Que faire en cas d'intrusion ?

Les systèmes obsolètes

Liens utiles

 

L'ANSSI recrute

 

 

Les documents du CERT-FR

Publications récentes

Les alertes en cours

Les bulletins d'actualité

Les notes d'information

Année en cours Archive

 

Les Flux RSS du CERT-FR

Flux RSS complet

RSS

Flux RSS des alertes

RSS

Flux RSS SCADA

RSS

 

CERTA-2003-AVI-135

Imprimer ce document

Version PDF

À propos du CERT-FR

Le CERT-FR

Nous contacter

Contact us ( Drapeau anglais )

A propos du site

Communauté CSIRT

Les CSIRT

Le FIRST

L'EGC

 
Archives du CERT-FR

Année 2017 Archive

Année 2016 Archive

Année 2015 Archive

Année 2014 Archive

Année 2013 Archive

Année 2012 Archive

Année 2011 Archive

Année 2010 Archive

Année 2009 Archive

Année 2008 Archive

Année 2007 Archive

Année 2006 Archive

Année 2005 Archive

Année 2004 Archive

Année 2003 Archive

Année 2002 Archive

Année 2001 Archive

Année 2000 Archive

 

S . G . D . S . N
Agence nationale
de la sécurité des
systèmes d'information

République Française Paris, le 07 août 2003
No CERTA-2003-AVI-135

Affaire suivie par :

CERTA

AVIS DU CERTA

Objet : Vulnérabilités du serveur de messagerie Postfix


Conditions d'utilisation de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/certa/apropos.html
Dernière version de ce document : http://www.certa.ssi.gouv.fr/site/CERTA-2003-AVI-135

Gestion du document



Référence CERTA-2003-AVI-135
Titre Vulnérabilités du serveur de messagerie Postfix
Date de la première version 07 août 2003
Date de la dernière version -
Source(s) -
Pièce(s) jointe(s) Aucune



Une gestion de version détaillée se trouve à la fin de ce document.

1 Risque

  • Déni de service ;
  • balayage de ports par rebond («bounce scanning»).

2 Systèmes affectés

Tout système Unix utilisant Postfix, versions 1.1.12 et antérieures, comme serveur de messagerie.

Les versions courantes 2.x ne sont pas affectées.

3 Résumé

Il est possible pour un utilisateur distant mal intentionné de transmettre des messages volontairement mal rédigés qui permettent :

  • de suspendre le service de messagerie (référence CVE CAN-2003-540) ;
  • de tester tout port d'une adresse quelconque (éventuel contournement de la protection du réseau local par un pare-feu) ou d'utiliser le serveur comme agent d'un réseau de déni de service réparti (référence CVE CAN-2003-0468).

4 Description

Le code analysant les champs d'adresse («RCPT TO», «MAIL FROM» ou «Errors-To») peut être détourné au profit d'un utilisateur distant malveillant :

  • pour les versions 1.1.9 à 1.1.12 et antérieures à 1.1.9 avec l'option «append_dot_mydomain» désactivée (activée par défaut), le service peut être suspendu jusqu'à l'effacement du ou des messages par l'administrateur ;
  • pour les versions 1.1.11 et antérieures, le serveur peut tenter de se connecter à une adresse et un port arbitraire.

5 Solution

6 Documentation

Gestion détaillée du document

07 août 2003
version initiale.


CERTA
2014-01-17
Premier Ministre / Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale / Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information webmestre Dernière mise à jour : le 2017-09-22