Risque(s)

  • Exécution de code arbitraire à distance

Systèmes affectés

  • Windows 10 for 32-bit Systems
  • Windows 10 for x64-based Systems
  • Windows 10 Version 1607 for 32-bit Systems
  • Windows 10 Version 1607 for x64-based Systems
  • Windows 10 Version 1809 for 32-bit Systems
  • Windows 10 Version 1809 for ARM64-based Systems
  • Windows 10 Version 1809 for x64-based Systems
  • Windows 10 Version 20H2 for 32-bit Systems
  • Windows 10 Version 20H2 for ARM64-based Systems
  • Windows 10 Version 20H2 for x64-based Systems
  • Windows 10 Version 21H1 for 32-bit Systems
  • Windows 10 Version 21H1 for ARM64-based Systems
  • Windows 10 Version 21H1 for x64-based Systems
  • Windows 10 Version 21H2 for 32-bit Systems
  • Windows 10 Version 21H2 for ARM64-based Systems
  • Windows 10 Version 21H2 for x64-based Systems
  • Windows 11 for ARM64-based Systems
  • Windows 11 for x64-based Systems
  • Windows 7 for 32-bit Systems Service Pack 1
  • Windows 7 for x64-based Systems Service Pack 1
  • Windows 8.1 for 32-bit systems
  • Windows 8.1 for x64-based systems
  • Windows RT 8.1
  • Windows Server 2008 for 32-bit Systems Service Pack 2
  • Windows Server 2008 for 32-bit Systems Service Pack 2 (Server Core installation)
  • Windows Server 2008 for x64-based Systems Service Pack 2
  • Windows Server 2008 for x64-based Systems Service Pack 2 (Server Core installation)
  • Windows Server 2008 R2 for x64-based Systems Service Pack 1
  • Windows Server 2008 R2 for x64-based Systems Service Pack 1 (Server Core installation)
  • Windows Server 2012
  • Windows Server 2012 R2
  • Windows Server 2012 R2 (Server Core installation)
  • Windows Server 2012 (Server Core installation)
  • Windows Server 2016
  • Windows Server 2016 (Server Core installation)
  • Windows Server 2019
  • Windows Server 2019 (Server Core installation)
  • Windows Server 2022
  • Windows Server 2022 Azure Edition Core Hotpatch
  • Windows Server 2022 (Server Core installation)

Résumé

Dans le cadre de son Patch Tuesday, en date du 13 septembre 2022, Microsoft a indiqué l'existence de multiples vulnérabilités au sein de plusieurs versions de Windows. Trois d'entre elles doivent faire l'objet d'une attention particulière car considérées comme critiques. Elles possèdent un score CVSSv3 de 9.8 et sont respectivement référencées par les numéros suivants : CVE-2022-34718, CVE-2022-34721 et CVE-2022-34722.

La vulnérabilité CVE-2022-34718 permet à un attaquant non authentifié d'envoyer un paquet IPv6 spécialement conçu à destination d'un nœud Windows, provoquant une exécution de code arbitraire à distance.

Les vulnérabilités CVE-2022-34721 et CVE-2022-34722 affectent les extensions du protocole Windows Internet Key Exchange (IKE). Elles permettent à un attaquant non authentifié de provoquer une exécution de code arbitraire à distance. D'après l'éditeur, bien que ces deux vulnérabilités n'affectent que le protocole IKEv1, tous les serveurs Windows seraient concernés car ils acceptent par défaut les paquets des versions 1 et 2.

Par ailleurs, il est à noter que Microsoft a également mis à disposition des correctifs de sécurité pour des systèmes qui ne sont plus supportés (Windows 7 et Windows Server 2008R2).

Le CERT-FR a connaissance de références publiques mettant en exergue des travaux ayant potentiellement débouché sur l'élaboration d'un code d'exploitation pour l'une de ces vulnérabilités, et citant une intention de publication prochaine d'un article. Le CERT-FR recommande fortement d'appliquer les correctifs et, le cas échéant, de mettre en œuvre les moyens d'atténuation proposés par l'éditeur.

Solution

Se référer au bulletin de sécurité de l'éditeur pour l'obtention des correctifs (cf. section Documentation).

Documentation